Mali

Rapport de situation
Visuels

Ménaka : arrivée d’environ 1 000 ménages ayant fui les violences au Niger voisin

Carte

Au total, 491 ménages nigériens (estimés à 1 972 personnes) et 517 ménages maliens (estimés à 2 681 personnes) sont arrivés, selon les premières estimations des autorités locales et des partenaires de monitoring de protection du HCR, dans le cercle d’Andéramboukane, région de Ménaka, à la suite d’attaques perpétrées dans deux villages de la région de Tillabéry au Niger les 9 et 16 janvier 2020. Cette population est composée à 31 pour cent de femmes et à 47 pour cent d’enfants. Il est à noter que de groupes de personnes continuent de traverser la frontière nigéro-malienne pour se réfugier au Mali. Ces nouveaux arrivants s’ajoutent aux 1 024 réfugiés nigériens arrivés et enregistrés en 2018 par la Commission nationale chargée des réfugiés du Mali avec l’appui du HCR.

Selon les informations préliminaires recueillies par le HCR auprès de ses partenaires, ces réfugiés et déplacés ont dans leur fuite abandonné leurs maisons et leurs biens. Leurs besoins les plus urgents incluent : la protection, l’eau, la nourriture, les abris, les soins de santé et l'éducation des enfants.

Ils vivent dans des familles d’accueil ou dans des abris précaires et ont reçu des coupons alimentaires fournis par le Programme Alimentaire Mondial à travers la Direction régionale de Développement Social de Ménaka. Cette assistance couvre leurs besoins pour 15 jours. Les nouveaux arrivants ont un accès gratuit aux soins de santé dans les structures sanitaires locales. Cependant les partenaires ont signalé un risque de rupture d’intrants.

Certaines personnes ont subi un traumatisme qui requiert un suivi psychologique. Le HCR et l'UNICEF prévoient des interventions dans les secteurs de la protection et des abris.

Le HCR, en coordination avec les autorités maliennes et d’autres partenaires humanitaires, prévoit de déployer une mission sur le terrain afin de vérifier les chiffres provisoires et de mieux cerner l’ampleur des besoins pour renforcer la réponse multi-sectorielle rapide.

Bien que ces personnes soient confrontées à des risques de protection et que leurs besoins soient pressants, la situation sécuritaire dans le nord du Mali et plus précisément à Ménaka, pose un défi majeur en termes d’accès humanitaire. Cette situation conforte le plaidoyer en vue de l’amélioration de la protection des partenaires humanitaires dans cette région où des ONG internationales ont actuellement suspendu leurs activités pour des raisons liées à l’insécurité.

URL:

Téléchargé le: