Mali

Rapport de situation
Visuels

Le système éducatif continue d’être affecté par l’insécurité dans le nord et le centre du pays

Le système éducatif continue d’être fortement affecté par l’insécurité dans le nord et le centre du pays

En 2019, l’année scolaire a été perturbée pour 333 900 élèves suite à la fermeture de 1 113 écoles (soit 12 pour cent des écoles des régions affectées par les conflits) consécutivement à l’insécurité. Résultant de cette insécurité, les menaces contre les enseignants, les élèves, les parents et les leaders communautaires sont les raisons principales de cette fermeture.

Grâce aux efforts conjugués de l’UNICEF et de ses partenaires, 218 de ces écoles ont rouvert sur la période octobre-décembre 2019. Ces efforts allient un plaidoyer de haut niveau ayant abouti à la déclaration sur la sécurité dans les écoles endossée par le gouvernement malien en février 2018 à des actions de dialogue et de mobilisation communautaires (le Dispositif Participatif Communautaire).

Les régions les plus touchées par la fermeture des écoles sont celles de Ménaka (41 pour cent d’écoles non fonctionnelles), Kidal (33 pour cent), Mopti (30 pour cent), Tombouctou (21 pour cent) et Gao (18 pour cent). Toutefois, la situation la plus critique est observée dans trois cercles de la région de Mopti où les taux d’écoles non-fonctionnelles à la suite de cette insécurité sont les plus élevés notamment à Youwarou (84 pour cent), Douentza (64 pour cent) et Tenenkou (61 pour cent).

Depuis le début de la nouvelle année scolaire en octobre 2019, le phénomène s’étend, affectant ainsi les régions de Ségou et de Koulikoro avec respectivement 60 écoles et 50 écoles devenues non-fonctionnelles.

Les défis dans le secteur de l’éducation sont aggravés par la grève des enseignants du secteur public depuis plus d’un mois.

URL:

Téléchargé le: