République démocratique du Congo- Note d’informations humanitaires pour la Province du Nord-Kivu

Rapport de situation

Faits saillants

  • Epidémie de rougeole: 1 168 cas enregistrés au Nord-Kivu depuis le début de 2019
  • Lancement d'un projet d'assistance multisectorielle pour près de 96 000 personnes déplacés à Nobili
  • Plus de 1 800 cas de choléra enregistrés au Nord Kivu depuis le début de l'année
La zone de Ngingwe (Territoire de Masisi) comptait, selon le notable local, environ 3 150 habitants avant février 2013, mais la population a dû fuir les violences récurrentes. Ici, une congolaise constate ce qui reste de sa maison.
OCHA/T.Ripani

URL:

Téléchargé le:

République démocratique du Congo- Note d’informations humanitaires pour la Province du Nord-Kivu

Rapport de situation

Chiffres clés

8.3M
Population du Nord Kivu Kivu (SNIS 2016)
97968
Personnes déplacées vivant sites-Nord Kivu
680
Incidents de protection au 25 avril

URL:

Téléchargé le:

République démocratique du Congo- Note d’informations humanitaires pour la Province du Nord-Kivu

Rapport de situation

Financement

$1.7B
Requis
$762.2M
Reçu
46%
Progrès
FTS

URL:

Téléchargé le:

Contacts

Tobias Schuldt

Chef de sous-bureau OCHA Nord Kivu

Tommaso Ripani

Chargé de l’information publique et du plaidoyer OCHA Nord Kivu

Joseph Mankamba Dibaya

Chargé de l’information publique et du plaidoyer OCHA RDC

République démocratique du Congo- Note d’informations humanitaires pour la Province du Nord-Kivu

Rapport de situation
Contexte

Aperçu de la situation

Le 10 juin 2019, le Ministère de la santé a déclaré l’épidemie de Rougeole en République démocratique du Congo. Le Nord-Kivu est parmi les provinces affectées par cette épidémie avec 1 168 cas de Rougeole notifiés  au 1e juin 2019 depuis le début de l’année. La Zone de santé de Kamango est la plus affectée dans la province, avec 23 cas. La maladie, qui affecte des personnes de tous âges, frappe particulièrement les plus petits ; 69% des cas sont âgés de 0 et 5 ans. La Rougeole est extrêmement dangereuse, car mortelle et sans traitement curatif. La seule manière d’endiguer la contagion reste la vaccination. Pour cette raison,  le Bureau Central de Zone (BCZ) de Walikale et le Programme Elargi de Vaccination (PEV) de Goma, appuyés par les partenaires en santé, avait organisé une campagne de vaccination contre la rougeole en faveur d’environ 30 000 enfants de moins de 5 ans dans la Zone de Santé de Walikale au mois de février 2019.

Par ailleurs, le Choléra est également en train de frapper le Nord-Kivu. Au 1e juin 2019, la province a notifié 1 820 cas depuis le début de l’année. Transmissible à travers des aliments ou de l’eau contaminés, cette maladie est extrêmement virulente et mortelle, si elle n’est pas soignée à temps. A présent, son taux de létalité au Nord-Kivu correspond à 1,6 %. Au début du mois, la ville de Goma et ses environs sont les zones le plus frappées par la maladie, avec 45 cas à Goma et  52 à Karisimbi.

Depuis le 2 juin 2019, le Pont Kihira sur la rivière Mtahyo (à 500m de Sake, dans le Territoire de Masisi) s’est écroulé suite à la pression des eaux d’une forte pluie qui s’était abattue dans la zone. Pour l’instant, les véhicules en provenance de Goma, Masisi et Bukavu sont bloqués de part et d’autre de la rivière. L’accès en passant par Sake, à partir de Goma vers Masisi est affecté pour les organisations humanitaires, qui opèrent a peu près 40 projets dans la zone. Plus de 28 000 personnes qui se sont nouvellement déplacées entre janvier et mai 2019, à l’intérieure de la Zone de santé de Mweso (dans le groupement Bashali Mokoto) devraient attendre lontemps pour voir leurs besoins être pris en compte. Selon les sources humanitaires, le Territoire de Masisi fait face aux nouveaux déplacements suite aux violences armées qui persistent depuis fin 2018 dans le groupement Bashali Mokoto, Bihiri et Buabo.

Au cours de la semaine passée, plusieurs mouvements de population venant du Territoire de Masisi ont été rapportés dans le Territoire de Walikale voisin.Selon une source locale, environ 151 ménages se sont déplacées à Pinga depuis le 5 juin pour fuir les affrontements en cours entre les groupes armés à Bulende, dans le Territoire de Masisi. Ces nouveaux déplacés s’ajoutent à plus de 3 500 autres ménages arrivés à Pinga entre novembre et décembre 2018. Tous ces déplacés ne sont pas encore assistés par manque de positionnement d’acteurs humanitaires dans la zone et à cause de l’accès difficile à Pinga (excès physique et sécuritaire). L’ONG congolaise « Carrefour pour la Justice le Développement et les Droits Humains (CJDH) » vient aussi de rapporter l’arrivée d‘environ 3 000 personnes à Buhoye (Groupement Walowa Uroba), au sud-est du Territoire de Walikale. Originaires de plusieurs villages du sud-ouest du Territoire de Masisi (Katoyi, Ngululu, Luke), ces déplacés seraient dans la zone depuis la mi-mars 2019. Ils ont fui les affrontements entre groupes armés et FARDC. Bien que pouvant avoir besoin d’aide, ces déplacés ne pourraient bénéficié d’aucune assistance pour les mêmes raisons d’accès et de couverture humanitaire.

D’autres mouvements de populations ont été aussi rapportés dans le Territoire de Rutshuru. Entre le 27 et le 28 mai 2019, environ 4 200 déplacés sont arrivés à Birambizo, fuyant les opérations de traque des groupes armés par les Force Armée de la République Démocratique du Congo (FARDC). Originaires de plusieurs villages du Groupement Bukombo (Territoire de Rutshuru), ces personnes ont trouvé un abris dans des églises, écoles et établisemments de santé ; certains ont été admis dans des familles d'accueil. Par ailleurs, environ 5 600 nouveaux déplacés se trouvent à Kibirizi et alentours pour se mettre à l’abris des affrontements entre groupes armés à Kiyeye, Kyaghala et Lusuli au courant du mois de mai 2019. Ces déplacés vivent dans des familles d'accueil où ils éprouveraient des besoins, entre autres, en articles ménagèrs essentiels, santé et sécurité alimentaire.

URL:

Téléchargé le:

République démocratique du Congo- Note d’informations humanitaires pour la Province du Nord-Kivu

Rapport de situation
Réponse d'urgence

Lancement d'un projet d'assistance multisectorielle ciblant 96 500 personnes à Nobili

Depuis le 29 mai 2019, plusieurs organisations humanitaires sont à l’œuvre dans la Zone de Santé de Kamango (à l’extrême nord-est du Territoire de Beni), dont six des quatorze aires de santé se sont vidées de leurs habitants. Ils ont fui les affrontements entre les militaires congolais et les groupes armés. A ce jour, près de 96 000 personnes déplacées ont été ciblées pour recevoir une assistance humanitaire sous plusieurs formes. Le PAM à travers son partenaire Christian Aid effectue des distributions en vivres depuis le 5 juin 2019 pour l’ensemble des personnes déplacées. L’ONG Tearfund, à travers WHH et PEAC, a apporté une assistance d’urgence en eau potable et assainissement des milieux ainsi qu’en soins médicaux d’urgence dans les aires de santé de Kahondo et Ndjiapanda. Ces deux secteurs seront aussi couverts dans deux autres aires de santé (Kikura et Kamanzara) par Mercy Corps et Save the Children. Ces activités ont permis que toutes les salles de classes utilisées par 11% des personnes déplacées dans la zone pour s’abriter soient à nouveau disponibles pour les leçons. L’ONG DRC contribue avec les activités d’accès à une éducation inclusive de qualité permettant à près de 10 200 écoliers de rattraper leur année scolaire. Malgré cet appui multisectoriel, des gaps sont encore ressentis dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’eau potable et de la protection.

URL:

Téléchargé le: